vendredi, décembre 01, 2006

[Le Facteur Chance par Philippe Gabilliet]

Pour réussir il faut du talent, pour réussir, il faut du travail, ce que on oublie souvent, c'est que pour réussir il faut de la chance. Philippe Gabilliet nous explique que la chance est une compétence qui se travaille et nous explique comment créer sa chance.

Si vous ne parvenez pas à visionner la vidéo, copiez l'URL suivante dans votre navigateur :
http://video.google.fr/videoplay?docid=-1125049644119027476&pr=goog-sl&hl=fr

View Medhi Famibelle's LinkedIn profileView Medhi Famibelle's profile

4 commentaires:

LaurentAssoun a dit…

Merci à Philippe Gabilliet pour ce condensé de cours. Pour info pour ceux que cela intéresse Philippe a déja publié des articles sur le sujet dans des revues professionnelles et a écrit un livre qui s'appelle "Savoir anticiper" qui donne plus détails sur la "posture" à adopter ...pour favoriser la chance.

Anonyme a dit…

Merci pour ces précieux conseils qui en tant de crise sont d'autant plus percutant alors que la majeur partie des gens (et surtout les médias) s'évertuent à nous faire croire qu'on ne peut rien faire contre la fatalité sinon attendre que les coups durs passent !!!
Simple, clair et percutant, ce discours est une vraie bouffée d'oxygène vitaminée pour mieux créer ses futures opportunités :-)
Bonne chance à tous ou plutôt... Bon courage pour la travailler !!!

Anonyme a dit…

Merci Mr Gallibiet. J'aurais aimé être une de vos élèves.

Votre message est très clair, cependant je comprends qu'il y a beaucoup de choses à changer et à faire pour créer la chance. Pour ceux qui sont déjà dans une routine de vie, cette nouvelle posture est difficile à "pratiquer" au quotidien.

Si vous avez écrit une suite, je serais très intéressée.

neoninvest a dit…

Bonjour,

Etonnant ! Oui, étonnant est le premier mot qui me vient à l'esprit pour commenter (si un Bac -3 peut le faire) ce cours.

Il faut comprendre par ce mot (étonnant), tout un univers que je côtoie depuis des années (puisque c’est le mien) sans jamais avoir pris le temps de l’analyser aussi bien que vous le faites.

Respectueusement

Bertrand